Nov 01

Une formation très concrète et pratique qui fait ses preuves sur le terrain.

De la fac à l’école d’ingénieur

Originaire de Montpellier, Cyril Moulin a validé une licence de sciences et techniques de l’ingénieur (STPI) avant de rejoindre l’ECAM Strasbourg-Europe. « J’ai étudié la mécanique et les mathématiques et me destinais à la recherche. A la fac, on faisait de la recherche pour la recherche. Certains projets n’aboutissaient pas et pourtant nos professeurs étaient enthousiastes. Notre démarche importait plus que le résultat et ça stimulait la réflexion selon eux. De ce fait, je me suis souvent senti frustré de ne pas aboutir à un résultat concret. C’est tout le contraire d’une formation d’ingénieur généraliste. Ici, notre plus grande fierté est de faire déboucher nos projets. »

« On retrouve cette dimension pragmatique dans le fort lien qui existe entre l’école et les entreprises. En outre, la taille humaine et l’ambiance conviviale de l’école tranchent avec l’anonymat de l’université. Ces atouts m’ont fait préférer l’ECAM Strasbourg-Europe. »

Une formation axée sur la pratique

« A l’ECAM, un tiers de notre formation est théorique », le reste consistant à pratiquer, afin d’être rapidement opérationnel durant les 3 stages que comprend le cycle ingénieur. Par ailleurs, des professionnels interviennent à l’ECAM et partagent leur expérience « pour nous éviter de commettre les mêmes erreurs qu’eux ». Une fois en entreprise, « c’est encore différent ». « On ne se sert pas tant des théories. C’est plus le raisonnement et la rigueur transmis à l’école qui m’ont été utiles. »

Fort de son expérience au sein de l’entreprise TPM basée près de Stuttgart, Cyril évoque une expérience formatrice et humainement riche. « Les Allemands sont très différents dans leur approche alors même que nous sommes voisins. Ils m’ont semblé moins rigoureux que l’image qu’on s’en fait. Ils sont disciplinés et très travailleurs. »

Une passion évidente pour les mutations industrielles

Attiré par l’industrie lourde, Cyril a participé à de nombreuses visites d’entreprises telles que Vossloh, Alstom ou Liebherr. « C’est passionnant de les voir évoluer face à l’émergence de nouveaux concurrents. Ils développent de nouveaux process Lean pour une meilleure performance. » Sa mission de fin d’études l’a amené chez Caddie, fabricant de chariots de supermarchés, restructuré en 2014. Son rôle est de mettre en place un outil de production agile qui permette à l’usine de produire dans de bonnes conditions malgré un effectif passé de 800 personnes il y a 4 ans à 150 aujourd’hui. Pour y parvenir, l’approfondissement que Cyril a suivi en Lean va lui être d’une grande utilité, comme il a pu le démontrer lors de son stage. La belle aventure se poursuit donc pour notre jeune diplômé (promotion 2016) qui s’est vu proposer de poursuivre sa mission sur le long terme. Félicitations !

Et vous, quelles sont les mutations industrielles qui vous passionnent ?