Partagez sur

Découvrir autrement la méthode Lean 5S !

15/06 Etudiant Professionnel

Aujourd’hui, les étudiants ingénieurs en première année (ECAM 3) nous donnent rendez-vous pour assister à leurs travaux pratiques (TP). On découvre ensemble la méthode Lean 5S grâce à des outils et une pédagogie innovante. 

 

 

C’est quoi la méthode Lean 5S ? 

 

Elaborée dans les ateliers de production des usines Toyota, la méthode Lean 5S est une méthode japonaise. Elle consiste à garder son environnement propre et ordonné en supprimant l’inutile, afin d’optimiser au mieux son temps de travail.

 

Comment se déroule le TP ? 

 

Ce TP est réalisé avec un support innovant. Une boite (la mobile learning factory d’Easylean+), contenant un bonhomme nommé « champion » sous forme de pièces détachées est distribué à chaque groupe d’étudiants en début de séance.

 

« Le TP est découpé en 3 étapes distinctes. La première est la formation des « opérateurs ». Ils assemblent les « champions » en suivant la fiche avec les instructions sans autres consignes particulières.  La deuxième étape, est réalisée sans la méthode 5S et enfin, la dernière étape inclut les actions 5S. » Philippe RAGOT – Enseignant en Génie Industriel

 

Dans chaque groupe d’étudiants, on retrouve tout d’abord des « opérateurs ». Ils sont les acteurs du montage et démontage des « champions ». Ensuite, il y a les « observateurs » qui chronomètrent, notent les scores et remarques de leurs camarades sur les tableaux mis à disposition à cet effet. Ils prennent également connaissance des difficultés rencontrées (ils ont aussi, secrètement, la mission de déconcentrer les opérateurs…)

 

ETAPE 1 : la formation📝

 

Les opérateurs ont pour but de monter les « champions » le plus vite possible en suivant la fiche des instructions. Une boîte composée seulement des outils nécessaires est fournie à chaque opérateur.

Les scores sont diversifiés, chacun découvre l’exercice demandé, utilise sa propre méthode et avance à son rythme, en commettant plus ou moins d’erreurs. 

 

 

 

ETAPE 2 : la compét’ commence !🏆

 

Les trois équipes sont formées, on y retrouve ; « Les boys », « Nom de table », et enfin « Table ».

Objectif : assembler quatre « champions » répondants aux critères qualité du client le plus vite possible. 

Cette fois, la tâche se corse. Les boîtes sont remplacées par une seule et unique caisse par table, qui contient les éléments nécessaires, mais aussi des pièces inutiles aux montages.

 

 

Consignes supplémentaires : il est interdit de disposer les pièces sur la table, une fois sorties de la boîte, elles doivent être utilisées. De plus, il n’est pas possible pour les opérateurs d’aider leurs confrères.

La difficulté est de ne pas s’emmêler les pinceaux et de ne pas perdre trop de temps à trouver les bonnes pièces.

L’esprit de compétition commence à se faire ressentir… la patience des étudiants est mise à l’épreuve… n’est-ce pas ?

 

 

On fait aussi la découverte de « champions » atypiques, comme celui de Thibault avec une jambe plus courte que l’autre.

 

« J’ai laissé parler ma créativité, c’est tout ! » Thibaut – étudiant ECAM3

 

Bien essayé… mais la justification n’est pas acceptée, son « champion » n’est pas conforme.

 

 

Les observateurs, fidèles à eux-mêmes, ne se gênent pas pour les déstabiliser.

« Si les observateurs n’avaient pas été aussi relou, ça aurait été cool » Nelson – étudiant ECAM3

« Cette expérience m’a permis de me rapprocher de certaines personnes et d’en détester d’autres » plaisante Izza – étudiante ECAM3

 

Les gagnants de cette manche sont « Les boys », avec un score final de 17 minutes 23 ! Globalement, les scores sont largement moins bons qu’à l’étape de la formation.

 

ETAPE 3 : la méthode 5S

 

« Les observateurs deviennent maintenant des vrais observateurs » signale Philippe RAGOT – Enseignant en Génie Industriel

 

Les observateurs n’ont plus le droit d’intervenir. Voilà nos opérateurs soulagés !

 

Tous les étudiants appliquent les standards du 5S appris et proposent des améliorations relatives à leurs postes de travail.

Les pièces essentielles au montage sont maintenant très bien ordonnées dans des boîtes, les mauvaises pièces retirées, les méthodes ajustées à la manière de la méthode Lean 5S.

 

 

Place à la concentration… on entendrait PRESQUE les mouches voler.

Sans surprise, les scores sont considérablement meilleurs.

L’équipe « Nom de table » atteint le sommet du podium avec un montage en 4 minutes 37, en seconde place on retrouve la team « Table » avec un score de 5 minutes 13. Et enfin, « les boys » réalisent un montage en 8 minutes 19.

 

Quel est votre ressentit par rapport à cet exercice ?

 

« On voit bien la différence en fonction des méthodes qu’on utilise. C’est plus facile à comprendre comme on est dans l’action, on ne fait pas qu’observer ou écouter et ça permet d’apprendre en effectuant un exercice ludique. » Equipe – « Les boys »

 

« C’est le TP le plus cool qu’on ait fait. D’habitude on a des deadline pour rendre un projet par exemple, donc c’est plus stressant. »  – Nelson, étudiant ECAM3

 

« Ça nous a permis de voir à quel point c’est super important de bien s’organiser parce qu’on se perd facilement. Je me suis rendu compte que je n’étais pas aussi bon que ce que je pensais en assemblage, j’étais peut-être un peu trop confiant. L’organisation ça fait vraiment tout, ça nous évite de perdre des pièces, de perdre du temps et de commettre des erreurs. » Thibault – étudiant ECAM3

 

Pour conclure, quoi de mieux que le beau slogan signé Nelson : « Clair sur la table, clair dans la tête ! »

 

 

En fin de séance, un quizz interactif est proposé aux étudiants sur leur téléphone, ou ordinateur. Ils obtiennent une moyenne finale de 7,8/10, pas mal ! Le TP se clôture avec un dernier exercice qui consiste à trouver tout ce qui est conforme à la méthode 5S dans la salle et tout ce qui ne l’est pas. 

 

Nos étudiants connaissent la méthode Lean 5S sur le bout des doigts 😎

 

Envie d’en savoir encore plus sur le Lean ?

 

  Comprendre le Lean

À lire aussi