Partagez sur

Interview : parcours d’un étudiant ingénieur généraliste

25/03 Etudiant Professionnel

Clément, étudiant ingénieur en dernière année, nous parle de son parcours. Tout juste rentré du Canada, il commence un stage au sein de l’entreprise alsacienne Socomec

 

 

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Clément SALVAT, j’ai 23 ans et je suis originaire de Perpignan dans le sud de la France, à la jonction de la frontière de l’Espagne et de la mer Méditerranée.

 

 

Quel est ton parcours ? Quand as-tu rejoins l’ECAM-Strasbourg-Europe ?

Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique en 2016 et un bon bulletin, je ne savais pas vraiment quoi faire… J’en ai discuté avec mes profs et mes parents qui m’ont orienté vers une prépa scientifique pour rester dans quelque chose d’assez généraliste. J’ai intégré une prépa MPSI-MP et même fait un 5/2 afin d’avoir de meilleurs résultats à mes concours. J’ai intégré l’ECAM Strasbourg-Europe en septembre 2019, avec beaucoup d’enthousiasme !

 

 

Pourquoi vouloir devenir ingénieur ?

Je suis assez touche à tout, très intéressé par pas mal de sujets différents. J’ai donc tenté d’aller « le plus loin possible » tout en restant généraliste afin d’avoir un maximum de possibilités. Etant attiré par les sciences, je me suis dirigé vers le métier d’ingénieur. Il y a des ingénieurs dans presque tous les domaines. C’est pourquoi, au moment de choisir mes études, cela correspondait parfaitement à ce que je recherchais. Dans cette optique, je me suis orienté vers un diplôme d’ingénieur généraliste !

 

 

Pour toi, c’est quoi être ingénieur ?

Un ingénieur doit avoir les compétences/connaissances d’un technicien sans forcément être un expert dans chaque sujet. Il doit avoir les bases nécessaires afin d’être capable de comprendre rapidement chaque problème et le résoudre. Très souvent, il y aura également une part très importante de communication que ce soit avec l’équipe sur le terrain ou la direction. J’ai pu observer qu’un ingénieur est, dans l’idéal, une personne qui fait le pont entre le terrain et les responsables, le travail de bureau et qui traite des données pour les analyser et ainsi améliorer les process.

 

 

Quelles sont les qualités pour être un bon ingénieur ?

Pour ma part, il faut avant tout aimer ce que l’on fait ! Ensuite, il faut avoir envie d’apprendre, de progresser. Il faut connaitre ses limites. La communication est également un point très important. Si je devais mettre des mots clés, ce serait : équipe/communication, connaissances, polyvalence/flexibilité, rigueur/sérieux et le dernier mais pas des moindres plaisir/envie !

 

 

Quels sont les faits marquants dans ton parcours à l’ECAM Strasbourg-Europe ?

L’international 

Cette année, je suis parti un semestre à l’étranger en échange académique…au Canada ! J’ai choisi cette destination car le programme qu’ils proposaient, notamment en gestion de projets, me plaisait et je n’avais jamais traversé l’océan Atlantique. C’était un peu un rêve d’enfant…Comme voir les chutes du Niagara. Je ne pensais pas avoir la chance de les voir en vrai !  Cette expérience m’a apporté une résistance sans faille au froid, une encore plus grande envie de voyager et d’y retourner. C’était énorme ! Je recommande vivement.

 

 

Les stages 

J’ai effectué mon premier stage sur des centrales photovoltaïques. Cette expérience a été particulièrement formatrice même si les conditions et le rythme étaient rudes. Pour mon stage technicien, j’étais en Allemagne dans le laboratoire d’une université partenaire pour renforcer mon allemand et mon anglais ! Aujourd’hui, je réalise mon stage ingénieur chez Socomec, en Alsace. J’assiste à la gestion de projets, principalement du côté IT (informatique). Je vais faire le lien entre les différents chefs de services et leurs besoins afin de tout regrouper et trouver la meilleure solution avec les informations les plus pertinentes.

 

Les projets 

Le projet technique de deuxième année est un projet qui m’a permis de traiter de pleins d’aspects d’un projet : l’organisation, la conception, la construction, les tests et le rendu final ! C’était super formateur et je me suis rendu compte que j’aimais vraiment ça, faire des projets ! Le projet le plus rigolo a été de concevoir un programme informatique pour organiser un tournoi de bataille navale ! Ça aura demandé du temps mais le résultat était satisfaisant. Enfin, le projet le plus gratifiant aura été d’être en relation avec un foyer de personnes en situation de handicap et de partager des moments avec eux comme des activités, des balades ou simplement des discussions autour d’un café.

 

La vie étudiante

Avoir été membre du Bureau des Etudiants et du Bureau des Sports compte sincèrement parmi les meilleurs moments que j’ai passés à l’ECAM. Je me suis tout simplement éclaté ! C’était parfois difficile à gérer en parallèle des cours mais ce sont des souvenirs inoubliables ! Mes meilleurs souvenirs restent le mois d’intégration et les pauses de 10h00 où je servais les cafés à la cafet’ !

 

 

Quel métier et dans quel secteur d’activité souhaites-tu exercer ?

Je souhaite avoir des interactions avec les gens. C’est pourquoi, le métier d’ingénieur « chef de projet » me plaît tant ! Il nécessite une discussion constante avec les directeurs et les équipes. Concernant le secteur, curieux de base, je reste assez ouvert mais si je devais en choisir un ce serait le secteur de l’énergie sans hésiter. Pour moi, c’est l’avenir ! Tant que je m’amuse dans mon métier, ce sera un job de rêve !

 

 

Quels sont tes projets une fois diplômé ?

J’envisage deux options. La première étant d’être engagé dans une entreprise internationale et faire des missions plus ou moins longues tout autour du globe.  La seconde étant de me former dans une entreprise en France ou en Europe et partir pendant minimum 6 mois à l’étranger faire de l’humanitaire ou des missions spécifiques prédéterminées.

 

 

As-tu un conseil à donner aux candidats/lycéens ?

Fais ce qui te plaît sinon ce sera un calvaire. Fixe-toi des objectifs qui te plaisent, même si tu penses que ce ne sont que des rêves Et enfin, donne-toi à fond pour y arriver. Une fois que tu y seras, tu verras que le jeu en valait la chandelle !

 

À lire aussi